Impressionnante, mais invasive

texte et photos: Norma A. Hubbard, traduction Chantal Lafrance (édition août 2013)

giant hogweed

Avant que nous emménagions, les anciens propriétaires se sont promenés avec nous sur le terrain pour nous montrer les arbres et les fleurs. Je peux clairement me rappeler combien la propriétaire était excitée de me parler d’une plante impressionnante qui atteignait une hauteur considérable. Elle disait qu’un ami lui avait donné cette plante. Le premier printemps que nous y étions, la plante n’a pas atteint une hauteur considérable, mais s’est répandue partout, ce qui fait que je l’ai coupée. Cet été, la situation fut différente. La plante a grandi rapidement et s’est encore répandue, et ses tiges ont atteint une hauteur considérable. Encore une fois, je l’ai coupée, mais ai laissé quelques tiges. Je ne savais pas que c’était la berce de Caucase (Heracleum mantegazzianum) et j’attendais qu’elle fleurisse. J’ai vu une mise en garde contre la berce de Caucase au bulletin de nouvelles, mais pas assez tôt, hélas. Malheureusement, Ron avait travaillé autour de la plante et avait probablement eu un contact avec sa sève. Comme nous ne savions pas qu’elle était dangereuse, il n’a pas pris de précaution. J’ai seulement été chanceuse de ne pas avoir été exposée à la sève, puisque je porte généralement des gants lorsque je jardine.

Le contact avec la sève cause une réaction cutanée similaire à des brûlures. La sève réagit aux rayons UV, ce qui fait que la peau devient sensible et se couvre de cloques à la suite d’une exposition au soleil. Les cas sévères nécessitent une assistance médicale. Le contact initial avec la sève n’est pas douloureux et ne démange pas, mais les symptômes se développent dans les 48 heures suivant l’exposition. Selon Santé Québec, si vous entrez en contact avec la sève vous devez “enlever la sève le plus tôt possible sans la répandre. Utilisez un papier absorbant et ne frottez pas. Lavez la zone affectée avec un savon et rincez à grande eau. Rangez et lavez vos vêtements pour éviter de contaminer d’autres parties de votre corps ou d’autres personnes. Couvrez les parties exposées (gants, pantalons longs, manches longues) pour éviter qu’elles ne soient exposées au soleil pour au moins 48 heures.” La sensibilité au soleil peut persister encore plusieurs mois. Quiconque est en contact avec la sève devrait consulter un médecin.

 giant hogweedCette plante ne devrait jamais être plantée et encouragée à pousser dans notre région. Ce n’est pas seulement un risque pour notre santé, mais aussi pour l’environnement. Cette plante qui n’est pas originaire d’ici, mais qui est très invasive, peut facilement prendre la place des plantes du Québec. La berce de Caucase est une vivace bi-annuelle qui mesure entre deux et cinq mètres. Elles portent des fleurs blanches et les tiges sont chevelues avec des touches rouges. Elle est apparue au Québec en 1990 et se retrouve dans plusieurs régions.

Si vous trouvez de la berce de Caucase sur votre propriété, avant de l’arracher, vous devriez vous protéger. Santé Québec recommande de ne pas avoir de contact direct à la peau en portant des pantalons, des chandails à manches longues, des gants, des bottes, un chapeau et des lunettes de protection (une visière complète serait l’idéal, mais les lunettes sont un minimum). Autant que possible, portez des vêtements faits de matière synthétique et non-absorbants. Si vous utilisez un coupe-herbe mécanique, assurez-vous que personne ne peut être atteint par la sève ou les tiges coupées. Nettoyez bien les outils après usage et enlevez vos vêtements soigneusement pour éviter des contacts à la peau. Lavez vos vêtements im- médiatement et vos mains ainsi que votre visage au savon et à grande eau. J’essaie de ne pas utiliser d’herbicides, mais si vous le faites, suivez convenablement les modes d’emploi. Un herbicide naturel est un mélange d’eau, de vinaigre et de savon à vaisselle – mais je ne l’ai pas essayé. Peu importe la méthode que vous utiliserez, faites-le avec précaution.

Référence: www.msss.gouv.qc.ca
photos: Norma Hubbard

Comments are closed