Le cadeau de l’hiver!

texte et photos : par Norma A. Hubbard (traduction : Amelie Delisle Van Wijk) (décembre 2018)

L’hiver est arrivé. La neige recouvre le paysage. Nos magnifiques érables, chênes et pommiers sont maintenant nus. Une fois que la nouveauté de la première neige est passée, l’hiver devient rapidement la saison la moins aimée de plusieurs personnes. J’adore l’hiver, mais je dois admettre que j’adore toutes les saisons et ce que chacune d’entre elles a à offrir. Lorsque je fais de la raquette dans mes sentiers l’hiver, je suis émerveillée par le fait que la nature offre toujours un cadeau. Le cadeau de l’hiver est les conifères, toujours verts, qui procurent de la couleur à un paysage autrement froid et stérile. L’un des conifères les plus majestueux est le pin.

Le Québec possède neuf espèces indigènes de pin. Deux de ces espèces se retrouvent dans notre région, soit le pin rouge (Pinus resinosa) et le pin blanc (Pinus strobus). Le pin rouge est un bois dur, alors que le pin blanc est un bois tendre. Les pins blancs sont plus grands que les pins rouges, d’une hauteur de 30 mètres comparativement à 25 mètres. En fait, le pin blanc est l’arbre le plus grand dans l’est du Canada. Si on observe nos forêts, on peut facilement voir les pins qui dominent la limite des arbres. Le diamètre d’un pin mature est d’environ un mètre. Les pins blancs peuvent vivre entre 200 et 400 ans, le plus vieux observé étant âgé de 600 ans! Les pins rouges peuvent vivre jusqu’à 200 ans.

Les pins rouges et les pins blancs ont des aiguilles (5 à 15 cm de longueur) qui sont regroupées. Les aiguilles du pin blanc sont réunies par groupes de cinq, alors que celles du pin rouge sont réunies par groupes de deux seulement. Les aiguilles du pin blanc sont souples et douces, alors que celles du pin rouge sont flexibles et se cassent net lorsqu’on les plie. Les pommes du pin blanc sont de longs cônes cylindriques, de 8 à 20 cm de longueur, alors que celles du pin rouge sont des cônes ovoïdes plus courts de 4 à 7 cm de longueur. Au milieu de l’hiver, les conifères offrent un refuge pour les oiseaux. Les écureuils, également, font souvent leurs nids dans les pins et entreposent des pommes de pin comme nourriture hivernale. Pour ma part, j’aime bien ramasser un bon nombre de pommes de pin pour les utiliser comme allume-feu dans mon foyer.

Les pins sont du bois d’œuvre d’une valeur inestimable; malheureusement, en raison de cela, ils ont été coupés de manière excessive. Ça prend au moins 40 ans pour qu’un arbre soit suffisamment gros pour être utilisé comme bois d’œuvre. À l’époque coloniale, les plus beaux pins blancs étaient réservés pour les mâts de bateau de la Royal Navy. De plus, le pin était utilisé pour fabriquer des meubles, comme c’est encore le cas aujourd’hui. Les peuples autochtones, quant à eux, utilisaient la résine du pin blanc comme antiseptique et les aiguilles de l’arbre, riches en vitamine C, étaient utilisées pour faire du thé qui aidait à combattre le scorbut. Personnellement, j’ai utilisé des aiguilles de pin bouillies pour guérir mes cloques causées par l’herbe à puce et ça a fonctionné.

Ironiquement, les arbres ont besoin du feu pour les aider à se reproduire. Alors que le feu élimine les nombreuses plantes compétitrices, l’épaisse écorce des pins blancs âgés leur permet de survivre à l’incendie. Malheureusement, très peu de pins poussent naturellement et de nombreux pins de notre région ont été plantés. Toutefois, comme avec tout écosystème, la diversité est la clé. Nous devons faire attention lorsque nous plantons pour éviter les monocultures. Dans les forêts naturelles, il y a de nombreuses espèces d’arbres, jouant chacune un rôle dans le système. Le charançon du pin blanc (un insecte) et la rouille vésiculeuse attaquent les pins blancs. S’ils ne sont pas protégés, des groupes entiers peuvent être tués, ce qui a de grandes conséquences sur l’écosystème. La coupe des branches infectées peut contrôler, en partie, la rouille vésiculeuse.

Alors que le vent froid souffle et que le paysage est recouvert de blanc, au lieu de se plaindre, prenons un moment pour apprécier ce que la nature nous donne, nos pins majestueux. Ces arbres incroyables offrent des maisons à notre faune, en plus d’une protection contre ces vents froids pour nous aussi… et la nature nous offre un peu de vert, la couleur du printemps, pour nous rappeler qu’il reviendra.

Sources: Great Pines in Quebec (Nature Resources Canada);
Trees in Canada (Farrar)
espacepourlavie.ca – pin-blanc
espacepourlavie.ca – pin-rouge

Comments are closed