Les bruyants

texte et photos : Norma A. Hubbard (traduction : Mario Leblanc)   (février 2018)

Je ne me rappelle pas qui a dit ou quand ai-je entendu pour la première fois l’expression “les geais bleus dînent seuls”, mais j’en comprends finalement le sens depuis que je vis par ici. Tous les matins, je nourris mes oiseaux; ceux-ci connaissent ma routine : ils m’attendent à tous les jours. Mais si j’ai le malheur de dormir un peu plus longtemps, ces effrontés de geais bleus, (Cyanocitta cristata), font tellement de bruit que je dois me lever en catastrophe pour les nourrir! Quand il n’y a plus de graines pour oiseaux et d’arachides, les geais bleus prennent le contrôle des autres mangeoires où on pouvait voir plusieurs autres espèces d’oiseaux. Ceci est particulièrement vrai en hiver alors que les geais se présentent en plus grand nombre autour de ma maison.

Les geais bleus sont parmi les plus gros oiseaux qui fréquentent mes mangeoires. Si on les compare avec les pinsons, les moineaux et les mésanges, ils sont énormes. Ils mesurent de 25 à 30 cm de longueur (9,8 à 11,8 pouces) avec une envergure de 34 à 43 cm (13,4 à 16,9 pouces). Comme la plupart des oiseaux, ils ne pèsent pas beaucoup : seulement 70 à 100 g (2,5 à 3,5 onces). Contrairement à plusieurs espèces d’oiseaux où le mâle est plus coloré, les geais mâles et femelles sont semblables. Il est intéressant de noter que le magnifique bleu provient de la réfraction de la lumière sur les ailes; en fait, les plumes du geai bleu contiennent de la mélanine qui est de couleur brune! Le frappant marquage noir sur la tête et la poitrine représente la bride. Bien que les brides semblent toutes identiques, en y regardant de plus près on constate qu’elles comportent des différences notables. On peut penser que cela permet aux geais bleus de se reconnaître entre eux!

Comme je l’ai dit, les geais bleus sont bruyants, mais ils sont aussi intelligents. J’ai remarqué que quand ils prennent d’assaut les mangeoires, ils imitent le cri du faucon, ce qui fait fuir les autres oiseaux. Ce cri serait également utilisé pour avertir les autres geais de la présence justement d’un faucon dans les environs. En captivité, les geais bleus peuvent même imiter la voix humaine. Un des cris des geais est particulièrement agaçant : il me fait penser à une corde à linge qui grince! J’imagine que ce cri a une certaine signification pour eux … Si on porte attention aux sons qu’ils produisent, on constate qu’ils font des gazouillis et des gargouillis qui leur permettent de communiquer entre eux. Ils utilisent également le “langage du corps” : une posture droite signale une agression alors qu’en famille leur posture est plus relâchée.

À chaque printemps, les geais bleus peuvent avoir une couvée de 2 à 7 œufs avec une période d’incubation d’environ 18 jours. Les mâles et les femelles construisent le nid ensemble. Habituellement, les couples se forment pour la vie et les mâles sont de bons pourvoyeurs. Quand la femelle couvent les œufs, le mâle lui apporte de la nourriture et il continue de le faire par la suite pour elle et les bébés. Si un oisillon quitte ou tombe du nid, les parents ne le nourriront pas tant qu’il ne sera pas revenu dans le nid ou du moins près du nid. Les oisillons quittent le nid au bout de 21 jours. Ils sont plutôt exigeants et ils crient pour avoir de la nourriture. Une fois, qu’ils ont quitté le nid, les deux parents continuent de nourrir leur progéniture pour une période variant de un à deux mois.

On entend toute sorte d’histoires à l’effet que les geais attaquent et mangent les bébés des autres oiseaux. Toutefois, il n’y a pas suffisamment de preuves qui démontreraient qu’il s’agit d’une pratique répandue. Leur diète consiste principalement d’insectes et de noix. Quand ils ne se nourrissent pas à nos mangeoires, les geais bleus mangent une grande quantité d’insectes, de fruits sauvages et de graines. Les geais aiment les glands et se tiennent dans les régions où on trouve beaucoup de chênes. Selon All About Birds, leur penchant pour les glands de chênes serait responsable de la propagation des chênes qui a suivi la période glacière. Les geais bleus vivent surtout au bord des forêts et non profondément dans les bois et ils s’adaptent facilement à la vie urbaine. Le geai bleu sauvage le plus vieux qu’on ait connu était âgé de 27 ans mais comme il est décédé dans un engin de pêche on ne sait pas trop jusqu’à quel âge il aurait vécu! Même si le nombre de geais bleus diminue, il n’y aurait pas lieu de s’inquiéter de leur extinction (ils sont cotés Least concern dans le Continental Concern Score).

Il y a des jours où cela m’embête que les geais bleus chassent mes timides cardinaux. Puis je me rappelle que, bien que je sois habituée de les voir, ce sont des oiseaux vraiment impressionnants notamment les jours où une vingtaine de ces oiseaux bleus se lancent sur mes mangeoires sous les yeux de mes visiteurs. De plus, je m’ennuierais d’eux, même de leurs cris stridents. Ce qui fait que je continue de mettre des arachides à l’extérieur en sachant que mes geais bleus les aiment. Je vais aussi continuer d’apprécier leurs conversations et de ne pas oublier à quel point leur spectaculaire couleur bleu éclaire nos paysages hivernaux.

Source: The Cornell Lab of Ornithology, All About Birds [Online]

Comments are closed