Qu’est-ce que c’est?

par Norma Hubbard, traduction Mario Leblanc (édition février 2012)

Puisque nous sommes des ornithologues passionnés, on retrouve sur notre propriété plusieurs mangeoires à oiseaux qui contiennent divers types de nourriture. Ce buffet attire non seulement une grande variété d’oiseaux, mais aussi des animaux sauvages tels écureuils roux, suisses, mouffettes, ratons laveurs, souris, taupes. Nous connaissons bien ces animaux et nous pouvons les identifier facilement. Vous comprendrez notre surprise lorsque ce petit animal est apparu un soir : nous n’avions aucune idée de ce que c’était!

Il était tard le soir quand nous l’avons vu pour la première fois à une mangeoire environ une semaine avant Noël. La distance et l’obscurité nous empêchait de l’identifier. Il s’est enfui lorsque j’ai ouvert la fenêtre. Ce n’est qu’à la troisième nuit que j’ai pu le prendre en photo. J’ai aggrandi l’image, fais quelques recherches pour découvrir qu’il s’agissait d’un polatouche (écureuil volant). Je réalise maintenant que j’ai dû l’aveugler, mais sans cette photo, je suis sûr que personne ne nous aurait cru. Ron l’a placé sur Facebook avec la men- tion “C’est quoi?” et plusieurs personnes furent aussi perplexes que nous l’avions été.

Peu de gens en ont déjà vu et il y a une bonne raison pour cela. Les écureuils volants sont des animaux nocturnes. Comme plusieurs des animaux qui sortent la nuit, ils sont plutôt peu- reux et essaient d’éviter tout contact avec les humains, la plupart attendant que nous dormions pour apparaître.

Malgré son nom, l’ écureuil volant ne vole pas, il plane. Il a des “poches” de peau attachées à ses pattes qui lui permettent de planer (1). Le polatouche peut planer jusqu’à 50 mètres et même changer de direction à mi-chemin. On peut le con- fondre avec la chauve-souris, un autre animal nocturne.

Le polatouche n’est que de 30cm de longueur mais presque la moitié (14cm) est pour la queue. On peut le trouver dans les forêts du Canada et il peut avoir plusieurs nids.Selon cer- taines sources, c’est une espèce en danger et il y en aurait peu. Il semble que nous ayions été particulièrement chanceux de voir non seulement un écureuil volant mais bien trois!

Autres points intéressants selon le Musée canadien de la nature : (2)

  • Ils s’installent généralement dans le creux d’un arbre ou d’une souche qu’ils tapissent d’écorce déchiquetée, de feuilles, de lichens et de mousse.
  • En été, les mâles et les femelles vivent fréquemment dans des nids séparés mais l’hiver, ils s’installent souvent en groupes de deux à dix pour se tenir au chaud.
  • Le grand polatouche est un animal sociable, doté d’un instinct maternel développé. La femelle a une portée de deux à quatre petits par année.
  • polatouche

    Dessin de West Virginia Northern Flying Squirrel – Robert Savannah

    Ce petit mammifère omnivore se nourrit de baies, de noix, de lichens, de champignons, de graines, de bourgeons, de boutons de fleurs, d’insectes, de charognes et d’oeufs d’oiseaux.

  • Au printemps, sa gourmandise pour la sève d’érable le conduit souvent vers les récipients de sève dans lesquels il se noie.
  • Ses principaux ennemis sont le hibou, la martre, le pékan, la belette, le raton laveur, le lynx roux et le chat domestique.

1.  West Virginia Northern Flying Squirrel  [Online]. U.S. Fish and Wildlife.
2. Northern Flying Squirrel  [Online] Natural History Note- books. Canadian Museum of Nature.

Comments are closed